La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Notre ancêtre en Amérique

Étienne Corriveau, l'ancêtre des familles Corriveau du Québec est originaire de la province française de l'Augoumois. On ignore la date et les circonstances précises de son arrivée en Nouvelle-France. Cependant, d'après la date de son contrat de mariage, on sait qu'il est au pays avant 1669 et qu’il est alors défricheur. Le 28 octobre 1669, à la paroisse de Sainte-Famille de l’Île d’Orléans, l'ancêtre Corriveau épouse une fille du roi, Catherine Bureau, née en 1631 et fille de Jacques Bureau et de Marguerite Vernier, de la paroisse Saint-Jean de Paris. Arrivée quelques semaines plut tôt, Catherine apporte, outre ses biens personnels estimés à cent livres, la dot du roi de cinquante livres. Entre 1663 et 1673, près d’un millier de filles du roi ou filles à marier arrivent en Nouvelle-France. Pour ces jeunes filles destinées aux officiers méritants et aux colons, le cadeau du roi varie de cent à cinq cents livres en plus des quelques provisions et vêtements adaptés au climat, tirés des magasins du roi.

Le jeune couple se fixe dans la seigneurie de La Durantaye où il mène une vie paisible et laborieuse. La vie dans la jeune colonie s’avère bien difficile. En raison des maladies fréquentes, du manque de ressources et de la rigueur du climat, le taux de mortalité infantile est très élevé et l’espérance de vie ne dépasse guère cinquante ans. La famille Corriveau n’est pas épargnée. Étienne Corriveau meurt, prématurment, dans la quarantaine entre 1686 et 1693. Sa veuve, Catherine Bureau, restée seule avec de jeunes enfants, se remarie en 1693, à Simon Darme. Cette union demeure stérile. Du couple Bureau-Corriveau naissent neuf enfants dont cinq fils qui atteignent l’âge adulte. Jacques, Étienne, Pierre, Guillaume et Jean, assurent la pérennité du patronyme de leur père.

Aujourd’hui les descendants de Catherine Bureau et d’Étienne Corriveau se sont établis dans la plupart des régions du Québec et on les retrouve dans diverses sphères d’activités de la vie québécoise.